Aller à la page principale

Le système de gestion de la vaccination COVID-19 au Mali souligne l’importance de l’appropriation du DHIS2 au niveau local

La campagne de vaccination anti-COVID-19 menée par le Mali met en exergue l’importance de l’appropriation du système DHIS2 en place ainsi que la maîtrise de sa flexibilité pour un déploiement efficace reposant sur une adaptation aux enjeux locaux.

Lors du lancement de la 1ère campagne de vaccination anti covid (AstraZeneca) au Centre Hospitalier Universitaire de Point

Fin février 2020, un premier cas de COVID-19 est enregistré en Afrique de l’Ouest. Le Mali a détecté son premier cas à Bamako le 25 mars 2020. L’accès au vaccin est l’enjeu clé du contrôle de la pandémie et le Mali est le premier pays du Sahel à se doter de vaccins anti-COVID-19 avec la réception en mars 2021 de 396 000 doses de vaccin AstraZeneca grâce à l’initiative COVAX. Une campagne de vaccination à grande échelle sera lancée.

Choisir DHIS2 en fonction des besoins locaux, des capacités et de l’appropriation locales

Créé dès le début de la pandémie, le comité scientifique composé des cadres du Ministère de la Santé, d’universitaires et de partenaires coordonne les activités liées à la gestion de la pandémie COVID-19 : établissement du protocole sanitaire, plan de communication et de riposte, collecte de données et gestion de la vaccination etc.

Le choix de DHIS2 par le comité scientifique pour la stratégie vaccinale du pays devient une évidence afin de permettre une couverture nationale à 100%, grâce à un accès simplifié aux données, au stockage des données historiques ainsi qu’aux paramètres de confidentialité de données disponibles. La flexibilité du système a permis son adaptation aux besoins du pays, grâce à une mise en œuvre et un déploiement à l’échelle nationale.

Les données saisies sont suivies et analysées à travers les modules d’analyse afin de faciliter les prises de décision au niveau des échelons supérieurs et des décideurs.

Le système DHIS2 déployé au début de la pandémie COVID-19 et basé sur le package de surveillance standard de l’OMS a été ajusté au contexte local. Avec l’appui de HISP WCA, le déploiement du package COVAC a été initié à travers les actions suivantes :

  • Le paramétrage et la validation des formulaires de saisie avec l’importation du package COVAC dans le serveur du Mali et le test des paramètres par l’Équipe Technique du pays.
  • La configuration des formulaires agrégés : population, rapport de distribution journalier du vaccin et gestion de stock.
  • La configuration du Tracker pour la conception du registre de vaccination ainsi que la Notification/Investigation des cas de MAPI.

De plus, le Mali a opté pour la mise en place d’un pass sanitaire avec toutes les données issues de DHIS2. Des ateliers de saisie ont été planifiés avec pour but d’intégrer les données historiques agrégées et Tracker dans le système pour une mise à jour de la base de données, permettant ainsi la génération des pass sanitaires.

Le pass sanitaire comprend des informations sur les séries de vaccinations, les tests COVID réalisés et intègre un QR code sécurisé pour la lecture et la certification des informations au niveau des aéroports et autres points de contrôle dédiés. Il n’y a pas encore d’uniformisation au niveau régional mais cependant, le Mali est l’un des premiers pays d’Afrique de l’Ouest à avoir adopté un pass sanitaire répondant notamment aux normes de l’UE. Le lancement du pass sanitaire est en cours de planification au niveau du Ministère de la Santé et du Développement Social.

Lancement de la campagne de vaccination avec DHIS2

Rencontre d’échange pour le lancement de la campagne de vaccination à Mopti.

Dès le 31 mars 2021, le pays lance la première campagne de vaccination qui durera une centaine de jours. Initialement avec un stock de vaccins limité, les autorités politiques et sanitaires décident de mettre le vaccin à disposition des groupes cibles prioritaires que sont le personnel socio-sanitaire, les personnes âgées de plus de 60 ans et de celles présentant une comorbidité. Le package a été adapté afin d’inclure ces catégories aux tableaux de bord configurés et ainsi afficher le statut de vaccination de chaque groupe en temps réel. 173 242 personnes recevront la première dose.

Lors du lancement de la 2ème campagne dans la région de Mopti.

Lorsqu’un patient reçoit un vaccin dans une des formations sanitaires (CSCom) ou dans l’un des centres mobiles, les informations sont renseignées sur les supports de collecte primaires (registre de vaccination, carnet de vaccination), puis intégrées dans le Tracker de DHIS2 par l’agent de santé.

On y retrouve ainsi les informations personnelles du patient, le type de vaccin administré, la date de vaccination ainsi que l’enregistrement du deuxième rendez-vous. Le statut vaccinal du patient et les détails du rendez-vous sont liés à son dossier individuel dans Tracker. Les données globales sont ensuite collectées et saisies par les Directeurs Techniques des Centres et les chargés SIS des districts sanitaires dans l’agrégé (nombre de vaccinés désagrégés par sexe, tranche d’âge et par type de vaccins).

DHIS2 est également utilisé pour suivre les nouvelles infections, retracer les contacts et surveiller le traitement anti-COVID-19 des patients.

L’Application Android Capture pour une meilleure saisie des données

Très rapidement, la connectivité internet instable dans plusieurs régions a constitué un défi majeur. Ceci a d’autant plus impacté la saisie en temps réel des données, d’où les problèmes de promptitude par endroit. L’utilisation de l’Application DHIS2 Android Capture s’est imposée et a apporté une véritable valeur ajoutée, offrant la possibilité de saisir sur des appareils mobiles des données concernant tous les modèles de données DHIS2, y compris les données agrégées et individuelles pour les programmes Tracker et Événement. L’application fonctionne à la fois en mode en ligne et hors ligne, ce qui signifie que les données et les métadonnées sont automatiquement synchronisées dès qu’un accès Internet est disponible.

En avril 2020, l’OMS fournit donc environ 200 tablettes, pour les acteurs du district de Bamako dans le cadre de la gestion des données de la surveillance des cas COVID-19. En décembre 2020, le Fonds Mondial finance plus de 600 tablettes à destination des Centres de Santé Communautaire (CSCom) et des Centres de Santé de Référence (CSRef) ainsi qu’aux hôpitaux de 6 régions. Ces tablettes n’ont pas encore été livrées aux sites, ni configurées faute de levée de fonds. Ceci a constitué un frein pour l’implémentation et l’avancée de la gestion des données de la campagne de vaccination. La configuration est planifiée pour la fin d’année 2021.

Nouveau groupe cible prioritaire

Avant le lancement de la deuxième campagne, les autorités sanitaires élargissent les cibles prioritaires aux personnes âgées de 18 ans et plus, y compris tous les corps de métiers. Ce changement aura une influence notoire sur la révision des copies dures, l’ajustement des tranches d’âge ainsi que sur la mise à jour dans la base DHIS2 pour une harmonisation entre le support dur et électronique. Des séances d’adaptation et d’harmonisation des formulaires de collecte à intervalle régulier seront organisées.

Réception de 151 200 doses du vaccin Janssen de Johnson & Johnson contre la COVID-19 par Mme le Ministre de la Santé et du Développement Social.

Le 05 août 2021, le Mali reçoit 151 200 doses de vaccins Janssen de Johnson, suivies quelques semaines plus tard, de 835 200 doses de vaccin SINOVAC et de 79 200 doses de vaccin AstraZeneca, toujours dans le cadre de l’initiative COVAX.

La nouvelle campagne commencera alors, s’étendant sur l’ensemble du territoire national.

Défis de l’implémentation du système

Instabilité politique : De nombreux changements au sein du gouvernement ont eu un impact sur la vision stratégique à long terme et la mobilisation de fonds. Les insécurités grandissantes limitent la population dans ses mouvements l’empêchant de bénéficier des vaccins. De plus, les professionnels de santé ne peuvent pas toujours se déplacer pour administrer les vaccins dans le cadre des stratégies mobiles et avancées. Cela constitue un défi de taille.

Besoin de formation en continu : Les ressources humaines au sein des formations sanitaires tendent à changer fréquemment.  Les chargés du système d’information sanitaire des régions et districts assurent la formation de proximité des nouveaux utilisateurs.

Infodémie et désinformation sur la COVID-19 : De fausses informations autour de la COVID-19 et/ou des vaccins tels qu’AstraZeneca ont circulé en grand nombre sur les réseaux sociaux et ont impacté le nombre de vaccinés pour la seconde dose de vaccin. Le Mali a donc connu des difficultés à écouler les premières doses avant péremption. Une communication de masse (radio, télévision, leaders communautaires) a été déployée et le pass sanitaire entrant en vigueur bientôt sera obligatoire pour les voyages.

Les prochaines étapes

  • Saisie des données historiques: Le registre de vaccination est le support primaire de collecte des données de vaccination. Ces informations seront saisies dans le Tracker pour le suivi des personnes vaccinées et la génération du pass sanitaire.
  • Renforcement de capacités: 1800 acteurs chargés SIS, chargés PEV et directeurs techniques de centres de 10 régions sanitaires seront formés dans les prochaines semaines par les administrateurs du niveau central et l’équipe HISP sur les formulaires de la surveillance des cas COVID et les formulaires de vaccination.

En 2016, le Mali migrait sur le DHIS2 avec une couverture nationale. Avec un déploiement à 100% (hôpitaux, régions, districts sanitaires, formations sanitaires, et structures privées), DHIS2 intègre l’ensemble des sous-systèmes du système d’information sanitaire (SIS) pour la gestion des données de toutes les maladies.

Le Mali a été l’un des premiers pays du Sahel à déployer DHIS2 pour la surveillance et la riposte contre la COVID-19 en 2020. Le pays est appuyé par plusieurs partenaires dans le cadre du renforcement du système d’information sanitaire tels que l’OMS, USAID, le Fonds Mondial, l’UNICEF, GAVI, la Banque Mondiale et HISP WCA qui permettant l’amélioration de la performance du système national d’information sanitaire afin de fournir des informations de qualité pour les prises de décisions et des propositions innovantes dans la gestion des données sanitaires du Mali.

Toutes ces forces vont être ainsi fédérées afin de mettre en œuvre le package COVAC pour la collecte et l’analyse de ces données grâce au DHIS2.

Bénéficier et contribuer à un bien public mondial

La Digital Public Goods Alliance (DPGA) est une organisation internationale qui promeut l’utilisation des biens publics numériques pour créer un monde plus équitable, a publié en avril 2021, une déclaration préconisant l’utilisation d’outils open source pour la livraison de vaccins COVID-19, afin de renforcer la coopération numérique et de promouvoir une distribution équitable des vaccins à travers le monde. L’expérience du Mali dans l’utilisation de DHIS2 met en évidence certaines des forces des biens publics numériques. C’est un exemple parfait de la façon dont les biens publics numériques open source facilitent le partage des connaissances, des meilleures pratiques et des innovations.

Des questions ou des commentaires sur l’utilisation du DHIS2 pour la gestion de la vaccination anti-COVID-19 ? Rejoignez la discussion et n’hésitez pas à poser des questions sur la Communauté de Pratique.